• Ingénierie des pratiques
    innovantes en santé

  • Modernisation des organisations
    sanitaires et médico-sociales

  • Accompagnement des professionnels
    de santé aux changements
    de pratiques

  • Révision des stratégies
    des établissements
    et services ESMS

DROITS ET PLACE DES USAGERS : DES LEVIERS DE RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ

Acsantis publie son deuxième Cahier, consacré aux droits et à la place des usagers dans le système de santé... et à leur dimension transformative.

Alors que les médias vibrent surtout des remous liés à la question cruciale de l’accès aux soins pour tous dans les territoires, les sujets de démocratie en santé ne doivent pas être oubliés. En effet, les usagers appellent de leurs vœux un changement radical de leurs relations avec les soignants, au premier rang desquels les médecins. Le nouvel élan donné à la démocratie en santé, encore appelée sanitaire dans la Loi de modernisation de notre système de santé, peut permettre d’aller plus loin.

Le contexte actuel “convoque” d’autant plus les acteurs à impulser un changement profond des rapports entre monde de la santé et patients que les pathologies chroniques dominent, que l’accès à l’information via Internet et la transition numérique modifient en profondeur la relation entre le médecin et son patient et que les organisations se transforment tant à l’hôpital que dans le secteur ambulatoire, de ville.

Le système de soins doit encore évoluer vers une plus grande prise en compte des attentes et expériences des usagers. Dans les pathologies chroniques et les cancers notamment, dès l’annonce du diagnostic qui, la plupart du temps, bouleverse tout dans la vie des patients, ces derniers sont demandeurs d’une vision prospective de leur maladie pour mieux se projeter et in fine être plus acteurs de leur santé. Cela passe par des demandes d’informations de qualité pour favoriser un libre choix dans les décisions, des demandes de considération et d’échanges pour comprendre les propositions de plans de soins, des demandes de soutien par les pairs une fois les choix opérés… le tout pour ne pas être privés de leur autonomie.

Certes, pour aller plus loin, pour passer de l’expression institutionnalisée des attentes des usagers à leur participation au système de santé, il reste du chemin à parcourir. Un changement culturel est nécessaire pour donner corps à une vision innovante d’un partenariat reliant les patients et les professionnels de santé, et visant à passer de la consultation à la co-construction.

Co-construction des décisions concernant les usagers-patients confrontés à la maladie, dans le cadre des plans personnalisés de soins par exemple, mais également co-construction des nouvelles organisations en santé et notamment en soins primaires dans les territoires. Au-delà du travail des usagers dans les instances, la création des commissions des usagers dans les territoires de communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) par exemple pourrait faire évoluer progressivement les organisations, les démarches et les postures.

Car si la démocratie sanitaire doit permettre de soutenir le meilleur respect du droit des individus, elle doit aussi être une démarche collective qui vise à associer l’ensemble des acteurs du système de santé dans l’élaboration et la mise en oeuvre de la politique de santé, dans un esprit de dialogue et de concertation. En cela, son développement dépend des professionnels de santé.

La démocratie en santé est un levier de la transformation de notre système de santé, il est urgent de mieux l’activer !

Dr Dominique DÉPINOY,
Président d’Acsantis

Pour en savoir plus :

PDF - 335.2 ko
DROITS ET PLACE DES USAGERS : DES LEVIERS DE RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ